Interview , Cédric, 28 ans, Volontaire International : «  Quand on part en V.I.E il y aura forcément un choc culturel ».

Publié le 17/08/2023

Connaissez-vous le V.I.E : Volontariat International en Entreprise ? En quoi cela consiste et comment candidater ?

Le V.I.E s'effectue entre 18ans et 28 ans. C'est un dispositif qui permet d’effectuer une mission (culturelle, scientifique, technique, commerciale, humanitaire…). 

Le V.I.E peut s'effectuer dans une entreprise française à l’étranger, une entreprise étrangère liée à une entreprise française par un accord de partenariat ou au sein d'un organisme étranger engagé dans une coopération avec la France. Sa durée est de six mois à deux ans. Le volontariat international en entreprise (VIE) est une bonne solution pour s'expatrier. Il présente de nombreux avantages non négligeables. Même si on ne parle pas de « salaire », mais « d'indemnités »,  il offre un revenu net et non imposables, confortable quel que soit le pays d'accueil.

Cédric POPULO, 28ans Volontaire International en Entreprise (VIE) pour la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de la Martinique au sein de la chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Sainte-Lucie nous parle de son expérience. 

Bonjour Cédric, parles-nous de ton parcours ? Qu'as-tu fait comme études ?

J'ai effectué mes études dans une école de commerce. J'ai un master Management des affaires internationales avec un cursus entièrement en anglais. Au cours de mon Master, j'ai effectué plusieurs échanges internationaux j'ai commencé par le Canada pendant 6 mois, puis un semestre à New York, avant de terminer par un semestre au Mexique.  Mon stage de fin d'études s'est déroulé en août 2018 cela fera bientôt 5 ans que j'ai été diplômé.

Comment as-tu découvert l'offre et qu'est-ce qui t'a donné envie de faire un VIE ?

J'ai commencé par un remplacement de trois mois pour congé de maternité à la C.C.I de Martinique en tant que conseiller international.  L'offre de VIE a été diffusée durant la période où j'étais en CDD et j'ai saisi l'opportunité.  

Peux-tu nous en dire plus sur ta mission ?

Je suis chargé de mission « Coopération régionale » au sein du projet Strengthening The Caribbean Caribbean Business Community. C'est un projet dont le principal bénéficiaire est la CARICHAM, le réseau des chambres de commerce de la Caraïbe, réseau de 23 chambres. Le projet dure 1 an, se termine le 30 Juin et mon contrat se finit le 31 Juillet 2023.

Ce projet à trois grands objectifs : le premier est l'enregistrement de CARICHAM  en tant qu'entité légale. Le deuxième, la mise en place d'une plateforme de formation commune à toutes les chambres de commerce. Le troisième, la mise à disposition d'une ligne d'écoute à destination des entrepreneurs pour le support psychosocial ( un safe space)  en période de crise.

Comment se déroule ton intégration au sein de l’entreprise ?

Je ne travaille qu'avec des Saint-Luciens. Je n'ai pas eu de galères, j'ai de bons rapports avec mes collègues et la structure qui m'accueille. Ils m'ont même aidé à trouver un logement et à déménager. 

Quels sont les prérequis pour espérer être retenu en V.I.E?  

Pour les V.I.E, il y a des niveaux de langue qui sont demandés ainsi que des connaissances de certains tissus économiques. Dans les annonces, on voit souvent la phrase qui revient « l'expérience à l'étranger est un plus » ou «  une première  expérience à l'étranger est fortement appréciée ».

Qu'est-ce que ça apporte d'être un V.I.E :

L'avantage, c'est surtout de pouvoir partir vivre à l'étranger, le V.I.E est disponible partout. Quand il s'agit de TPE et de PME, le V.I.E est souvent le seul représentant de son entreprise à l'étranger. Il a des missions qui sont intéressantes et responsabilisantes. Au sein des TPE et PME qui ont un volet export à développer, le V.I.E, seul représentant sur place, a un impact important sur l'entreprise. Dans des grands groupes, les missions sont toujours aussi “responsabilisantes”, mais n'auront pas forcément autant d'impact sur la société mère.

De plus, c'est plus avantageux d'avoir un contrat d'expat en termes de logistique et en terme administratif. Les V.I.E ne touchent pas de salaires, mais des indemnités, qui restent relativement intéressantes d'autant plus qu'elles ne sont pas imposables. Dans la zone caraïbe, les revenus de V.I.E oscillent entre 2100 et 3400. 

En tant que Caribéen, on est forcément amené à partir ?

Il faut sortir à un moment, y'a un rite de passage ou tu dois partir c'est rare de compléter la totalité de son parcours sur place, à l'université des Antilles.

En sommes, c'est un poste formateur qui développe tes capacités d'adaptation et d'initiative ?

Oui, premièrement tu deviens un couteau suisse ! Puis le V.I.E, t'amènes à être autonome et te responsabilise, même si cela ne vient pas de pair avec le contrat.

Quels sont les inconvénients ?

Lors de ton V.I.E, tu peux te sentir seul, même si tu peux être hébergé par un partenaire. La polyvalence est un avantage, mais aussi un défaut. Les responsabilités supplémentaires sont aussi à prendre en compte.  Elles peuvent provoquer quelques frustrations ou au contraire t’aider à développer des soft skills, qui n'étaient pas les tiens au départ et pour lesquels tu n'as pas été recruté. Personnellement, ce n'est pas mon cas, mais cela peut arriver.

L'éloignement de la famille est également à prendre en compte pour l'expatriation en général. Mais cela dépend aussi de ta personnalité. Aujourd'hui, pour moi la norme c'est de vivre éloigné, je suis partie en 2012 et je ne suis revenue qu'en 2020.

Quelles sont les questions à se poser avant de partir en VIE ?

Il ne s'agit pas vraiment de se poser des questions sinon de se préparer. En effet, si tu n'as jamais connu d'expatriation par le passé, il faut s'y préparer. En soit, partir en V.I.E c'est comme n'importe quel départ, il faut se préparer au choc culturel.  Il y aura forcément un choc culturel que ta culture d'origine soit proche ou pas de la culture du pays d'accueil vers lequel tu tends.  Que ce soit dans la manière de faire les choses ou dans les modes de consommation, ou encore ton insertion de manière générale.

Il faut se préparer et se dire qu'on s‘apprête à vivre dans un pays sur du moyen long terme, en tant que jeune professionnel, où notre manière de faire les choses et notre manière de penser ne sont pas celle des locaux. En conséquence, il y aura des différences qui nous sauteront aux yeux et nous demanderont de nous adapter, en tant que culture minoritaire.

Il faut avoir énormément d'adaptabilité au niveau des relations personnelles comme professionnelles, car les gens ne communiquent pas du tout de la même manière que nous.  Il y a une échelle de dialogue qui tend vers le sous-entendu et le clair qui n'est pas forcément identique. Il faut, une grosse préparation culturelle, une grande ouverture d'esprit et une grande adaptabilité.

Même si on est dans un espace caribéen où l'on retrouve de nombreuses similitudes entre territoires, il y a-t-il des éléments qui t’ont particulièrement perturbé ? Des galères d'expat ? 

Pas en particulier. La seule chose qui m'a un peu gêné c'est l'accessibilité et le confort. Quand on déménage dans la Caraïbe, on se rend compte que l'on a une manière de consommer très française.  Parfois, il y a des produits qui pour nous sont basiques, constamment en rupture ou hors de prix. Mais non, je n'ai pas vraiment eu de galères d'expat.

Un conseil pour des jeunes qui aimerait faire V.I.E ?

Ne vous découragez pas, si jamais le V.I.E ne se fait pas directement à la sortie d'école, n'hésitez pas à chercher un autre type de poste et voir si en interne, il y a la possibilité d'effectuer un V.I.E.  Le V.I.E n'est pas forcément le contrat qui correspond le plus à la sortie d'école, mais après un ou deux ans, vous avez toutes vos chances.

On a jusqu'à la veille du 29e anniversaire pour candidater. Si tout se passe bien, on a la possibilité d’être renouvelé 1 fois dans la limite des 24 mois.

Après ton V.I.E, quel avenir ?

J'attends de savoir si le V.I.E est prolongé, mais repartir à l'étranger ne me dérangerai pas. Tout dépendra des conditions ainsi que du type de contrat que l'on me proposera. Je n'ai pas de destination privilégiée, je laisse la porte ouverte aux pays de la Caraïbe, en particulier les îles un peu plus dynamiques.

Où trouver les offres de volontariat ?

Volontariat International en Entreprise et/ou Administration ( VIA/VIE) : ici 

Volontariat de solidarité internationale : Volontariats France Volontaires et Coordination Sud

Karib Horizon a pour vocation de développer la coopération et la solidarité internationales dans la Caraïbe, d’optimiser les pratiques des porteurs de projet, et enfin de rendre visible et fédérer la plus large pluralité d’acteurs en vue de développer les échanges et la concertation.

Informations pratiques

Bureaux à Pointe-à-Pitre ( Guadeloupe) 

Maison de la citoyenneté de Pointe-à-Pitre
16 rue Commandant Mortenol
97110 Pointe-à-Pitre

Guadeloupe
Conférence Interrégionale des RRMA
Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l'Éducation Populaire
Agence Française de Développement
Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères