Appel à propositions coopération décentralisée projets “Clés en main” (2024-2026)

La Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT), lance un appel à propositions pour les années 2024-2026, destiné à permettre la participation de collectivités territoriales françaises (CTF) métropolitaines et ultramarines à des programmes de coopération décentralisée préparés par des associations de collectivités territoriales ou GIP.

Destinataires

Cet appel à propositions s'adresse aux associations et aux groupements d'intérêt public (GIP) de droit français, qui regroupent, exclusivement ou partiellement, des collectivités territoriales françaises, métropolitaines et ultramarines.

Les programmes préparés par ces associations ou GIP seront destinés à faciliter la participation de CTF à des actions de coopération décentralisée, notamment lorsque ces collectivités manquent d'expérience préalable, de moyens humains ou souhaitent être actives à l'international sans pour autant s'engager dans un partenariat formel avec une collectivité étrangère déterminée.

Les collectivités territoriales participantes bénéficieront ainsi de la synergie, de plus en plus pratiquée et recherchée, entre elles-mêmes et avec des experts thématiques. Ces programmes de coopération décentralisée préparés par des associations ou GIP s'inscriront dans une démarche de recherche de mutualisation, favorable à la conception de projets plus ambitieux et à la mise à l'échelle de projets déjà expérimentés.

Chaque programme devra intégrer un nombre minimum de 3 CTF participantes. Il n'y a pas de maximum et les porteurs de projet sont fortement encouragés à associer plus que 3 CTF à leur programme. Pourront être également associés aux programmes les milieux économique, académique, les structures culturelles et sociales des territoires concernés, nécessaires au bon déroulement du projet.

Les bénéficiaires des projets développés dans le cadre de ces programmes seront des collectivités territoriales étrangères. Néanmoins, les collectivités territoriales françaises bénéficieront aussi des projets, en termes d'expérience acquise et de partage des objectifs avec leurs citoyens et citoyennes, dans une démarche de sensibilisation à l'ouverture sur l'international et à la solidarité. Les programmes éligibles devront ainsi présenter des garanties d'équilibre et de bonne réciprocité au bénéfice des populations des CTF.

Ces programmes pourront être menés en associant les diasporas, en accord avec le rapport du groupe de travail du Conseil national pour le développement et la solidarité internationale, « Migrations et Développement ».

Objectifs prioritaires

Le présent appel à propositions a pour objectif de mettre en œuvre à l'échelle des territoires, en France et à l'étranger, les engagements multilatéraux pris par la France, tels que :

  • L'Agenda 2030 pour le développement durable et les 17 Objectifs de développement durable (ODD), adoptés le 25 septembre 2015 par l'Assemblée générale des Nations unies ;
  • L'Accord de Paris sur le climat, entré en vigueur le 4 novembre 2016.

S'agissant des partenariats avec des collectivités locales de pays éligibles à l'APD, les projets présentés s'inscriront dans un ou plusieurs des objectifs prioritaires de la politique de coopération internationale de la France tels que définis lors du Comité présidentiel de développement du 5 mai 2023 et le Comité interministériel de la coopération et du développement (CICID) du 18 juillet 2023, à savoir :

  1. Accélérer la sortie du charbon et financer les énergies renouvelables dans les pays en développement et émergents pour limiter le réchauffement climatique global à 1.5 °C
  2. Protéger les réserves les plus vitales de carbone et de biodiversité, dans les forêts et l'océan, pour préserver la planète
  3. Investir dans la jeunesse en soutenant l'éducation et la formation des professeurs dans les pays en développement
  4. Renforcer la résilience face aux risques sanitaires, y compris les pandémies, en investissant dans les systèmes de santé primaires et en appuyant la formation des soignants dans les pays fragiles
  5. Promouvoir l'innovation et l'entreprenariat africain qui participe au destin partagé entre les jeunesses d'Europe et d'Afrique
  6. Mobiliser l'expertise et les financements privés et publics pour les infrastructures stratégiques, de qualité et durables dans les pays en développement
  7. Renforcer la souveraineté alimentaire, notamment en Afrique
  8. Soutenir les droits humains, la démocratie et lutter contre la désinformation et l'impunité
  9. Promouvoir les droits des femmes et l'égalité femmes-hommes
  10. Aider nos partenaires à lutter contre l'immigration irrégulière et les filières clandestines

Les associations ou GIP français candidats devront présenter des programmes sur une thématique et un pays ou groupe de pays en relation avec leur objet associatif et leur expérience acquise.

Critères de sélection

Outre la qualité et l'intérêt intrinsèques de la proposition, seront pris en compte les critères suivants :

A. Critères obligatoires à satisfaire sous peine d'inéligibilité

  • Transmission des comptes rendus techniques et financiers
    Les associations et GIP français qui ont déjà bénéficié d'un soutien financier de la DAECT dans le cadre d'un appel à proposition « Clés en main » mais qui n'ont pas transmis les comptes-rendus techniques et financiers requis (intermédiaires ou finaux selon l'avancée du projet en question) ne sont pas éligibles à un nouveau soutien de la DAECT.
  • Égalité femmes-hommes
    La trajectoire fixée par la loi développement du 4 août 2021 en matière de diplomatie féministe prévoit que d'ici 2025, 75% de l'APD française devra favoriser l'égalité de genre (projets de marqueurs genre 1 ou 2 de l'OCDE) dont 20% dédiée (marqueur genre 2)(voir infra). Cet objectif s'applique aux projets cofinancés par la DAECT.
    Les porteurs de projets doivent obligatoirement indiquer le niveau d'intégration du genre dans leur projet, selon les « marqueurs genre » de l'OCDE et le justifier :
    • Marqueur genre 0  : aucun objectif du projet ne vise l'égalité femmes-hommes ;
    •  Marqueur genre 1 : l'égalité femmes-hommes est un des objectifs significatifs et délibéré du projet ;
    • Marqueur genre 2  : la finalité première du projet est l'égalité femmes-hommes.
      La DAECT évaluera ce marquage lors de l'instruction des dossiers de candidature et en cas d'éléments insuffisants, pourra demander des informations complémentaires ou des modifications aux porteurs de projets.
      Vous trouverez plus d'informations dans la fiche annexe explicative « Intégrer l'égalité femmes-hommes dans mon projet de coopération décentralisée ».
  • Promouvoir les actions d'Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité internationale (ECSI)
    L'ECSI est une démarche contribuant à l'appropriation citoyenne des enjeux mondiaux. Elle s'appuie sur un processus pédagogique qui se décline en trois principaux modes d'action : sensibilisation du public, formation du public, plaidoyer et mobilisation citoyenne sur les enjeux de citoyenneté et de solidarité internationale (cf. Synthèse de l'Évaluation du soutien du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et de l'Agence française de développement aux acteurs de l'éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI))
    Les propositions devront obligatoirement présenter des actions d'ECSI.

Durée

La durée d'exécution du projet doit être comprise entre 12 et 36 mois maximum, selon la date à laquelle il est déposé et les exigences de son programme d'actions, dès l'acceptation de ce dernier par la DAECT et un nombre suffisant de CTF participantes atteint

Montant du cofinancement

Le cofinancement accordé par la DAECT sera :

Dans le cas des projets multi-pays, les porteurs de projet peuvent choisir entre appliquer ces différents maximas de taux de cofinancements à chacune des parties du projet en fonction du pays concerné, ou appliquer un taux unique de 80% à l'ensemble du projet.

Une contribution minimale à hauteur de 5% minimum du budget global du projet est attendue des collectivités territoriales françaises participantes. Leurs dépenses de valorisation, notamment les salaires des agents territoriaux des CTF, ne pourront pas dépasser 50 % de leur contribution totale au projet.
La DAECT ne valorise aucune composante de son appui. Il est exclusivement versé en numéraire.

Une participation de la (ou des) collectivité(s) étrangère(s) partenaire(s) correspondant à leurs moyens devra être recherchée ainsi qu'un soutien des autorités de l'État partenaire ou du secteur privé lorsque cela est possible.

Dans le cas de projet pluriannuel, la DAECT versera son cofinancement en deux fois :

  • 1ère tranche : 80% du montant, versée par délégation de crédit par l'intermédiaire du SGAR après envoi de la notification de subvention ;
  • 2ème tranche : 20% après justification sous la forme d'un CRTF intermédiaire de l'utilisation d'a minima 80% de la 1ère tranche. Le CRTF intermédiaire pourra être transmis à la DAECT dès la deuxième année du projet.

Le compte-rendu technique et financier (CRTF) intermédiaire faisant état de l'utilisation de la 1ère tranche du cofinancement accordé par le MEAE devra obligatoirement être transmis au/à la chargé·e de mission DAECT référente du dossier (selon le ou les pays partenaire(s) du projet).

rocédure

Les porteurs de projet pourront télécharger le règlement de l'appel à projets et tout autre document utile pour préparer leur candidature sur France Diplomatie.

A. Dépôt de la demande de cofinancement

Les associations ou GIP français candidats doivent transmettre leur candidature par mail à l'adresse suivante : secretariat.dgm-aect@diplomatie.gouv.fr avant le 4 avril 2024 minuit.
ATTENTION : celui-ci ne doit pas dépasser 4Mo au total, si votre dossier excède ce poids, merci d'utiliser France Transfert.

Le dossier devra comporter :

  • Le formulaire Cerfa n°12156 renseigné (annexe 1) ;
  • Le formulaire word (annexe 2) de présentation du projet complété, précisant notamment son objectif et les actions prévues, le nombre de collectivités territoriales adhérentes visées et la nature de leur participation au projet ;
  • Le formulaire excel (annexe 3) établissant le budget prévisionnel du projet ;
  • Les lettres d'intention signées d'au moins 3 CTF. Une lettre d'intention établit l'engagement politique de la CTF à participer au projet, y compris financièrement. Dans la mesure du possible un engagement financier chiffré pourra figurer dans la lettre, sans que cela soit obligatoire au moment du dépôt du dossier ;
  • Un calendrier/chronogramme d'activités (annexe 4).

Tout autre document complémentaire permettant de mieux comprendre le projet ou ses partenaires est également le bienvenu mais facultatif.

Pour toutes questions, les porteurs de projet pourront contacter : secretariat.dgm-aect@diplomatie.gouv.fr / 01 43 17 62 64.

B. Calendrier

Date d'ouverture10 janvier 2024
Date limite de dépôt de candidature4 avril 2024
Si concerné : envoi des compléments demandés par la DAECT pour validation du dossier26 juin 2024

Un comité de sélection sera organisé dans les trois semaines suivants la clôture de l'appel à propositions.

C. Procédure de sélection

Un comité de sélection retiendra les programmes répondant aux conditions et aux objectifs de l'appel à propositions et le notifiera aux associations et/ou GIP français lauréats.
Une convention-type, qui sera adaptée à chaque projet, sera transmise aux lauréats après le comité de sélection et signée, marquant le versement du cofinancement et le début du programme.

Les organismes lauréats pourront procéder à l'issue du comité de sélection à la diffusion de leur programme afin de consolider/augmenter le nombre de collectivités territoriales françaises participantes. Ils informeront la DAECT le 26 juin 2023 au plus tard, de la participation des collectivités territoriales complémentaires par la transmission d'une lettre d'intention de chacune de ces dernières, indiquant leur engagement politique, technique et budgétaire. La transmission de ces éléments complémentaires devra se faire par courriel auprès du/de la chargé·e de mission DAECT référente du dossier (selon le ou les pays partenaire(s) du projet).

IX. Contacts

Les CTF sont invitées à prendre le plus en amont possible tous les contacts nécessaires auprès des services placés sous l'autorité de l'Ambassadeur de France, en particulier le Service d'action et de coopération culturelle (SCAC) qui sera leur interlocuteur privilégié pour éclairer le contexte local de leur coopération :

Liste des correspondants coopération décentralisée dans les ambassades

L’équipe de Karib Horizon vous accompagne dans vos projet de coopération décentralisée, contactez :

Mathieu BALAGNE- Coordinateur du RRMA Karib Horizon – karib.horizon@gmail.com – 0690 187 187

Karib Horizon a pour vocation de développer la coopération et la solidarité internationales dans la Caraïbe, d’optimiser les pratiques des porteurs de projet, et enfin de rendre visible et fédérer la plus large pluralité d’acteurs en vue de développer les échanges et la concertation.

Informations pratiques

Bureaux à Pointe-à-Pitre ( Guadeloupe) 

Maison de la citoyenneté de Pointe-à-Pitre
16 rue Commandant Mortenol
97110 Pointe-à-Pitre

Guadeloupe
Conférence Interrégionale des RRMA
Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l'Éducation Populaire
Agence Française de Développement
Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères